TROUVEZ VOTRE MAISON DE RETRAITE, EHPAD, RESIDENCE SENIOR SERVICE GRATUIT au 04 72 69 89 09

Trouvez une place en résidence séniors ou en maison de retraite

Je complète les champs suivants pour une réponse immédiate

J'indique mon nom
J'indique mon prénom
J'indique mon numéro de téléphone

Votre de demande de renseignement a bien été prise en compte,
notre équipe y répondra dans les plus bref délais.

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

La chute : un facteur majeur de risque d'entrer en maison de retraite

La chute de la personne âgée : causes et conséquences

La chute de la personne âgée : causes et conséquences

Les conséquences des chutes de la personne âgée à domicile ou en maison de retraite

Les raisons des chutes des personnes âgées

La chute ce n'est pas normal. 

Il faut savoir que les chutes sont graves sur la personne âgée. Les chutes peuvent entrainer une fracture comme la célèbre fracture du col du fémur (5 % des cas).

Les conséquences des chutes sont aussi au niveau psychologique et vont modifier la vie de la personne âgée : la peur de tomber.

On estime 12 000 décès par an liés aux chutes en France.

Les causes et les risques dépendent parfois de l'environnement ou de la personne âgée elle-même.

Le mécanisme des chutes de la personne âgée n'est pas simple.

Le vieillissement fragilise la personne âgée et la station debout,la marche et l'équilibre sont instables.

La chute de la personne âgée arrive lorsqu'un certain nombre d'éléments sont réunis. 

Par exemple : un dame âgée de 85 ans, est mal chaussée, elle souffre d'une maladie de Parkinson et se presse pour répondre au téléphone. Le sol est encombré de tapis : c'est alors la chute !

C'est bien une accumulation de facteurs qui entrainent la chute.

Les différentes phases du vieillissement de la marche

Le stade présénile :

Ce sont les petites modifications observées entre 60 et 75 ans : ralentissement de la marche, diminution de la longueur et du déroulement du pas et de l'amplitude des mouvements des bras.

Le stade sénile :

  • Après 75 ans : les troubles sont plus perceptibles : légère flexion du tronc et de la tête, équilibre plus précaire, pas raccourci et trainant. La personne âgée doit faire attention quand elle marche et s'arrête de marcher quand elle parle.
  • Après 85 ans : les genoux, le tronc et la tête sont fléchis. Il y a une difficulté au démarrage, une irrégularité de pas. La personne âgée a peur de tomber et recherche des appuis.

Les autres vieillissements intervenant dans la marche 

Il va s'agir du vieillissement des muscles (ils s'atrophient) et des articulations (moins souples).

Le système nerveux entre également en ligne de compte : diminution de la sensation de perception du sol et ralentissement de l'influx nerveux.

La baisse de la vue, de l'ouie rend la marche plus difficile : obstacles difficiles à repérer et à identifier.

Une maladie pourra également avoir une incidence supplémentaire sur la marche et le risque de chute de la personne âgée.

Quelques chiffres sur les chutes de la personne âgée

  • 30 % des personnes âgées chutent au moins une fois par an.
  • Les femmes tombent plus que les hommes
  • Le nombre de chutes par an augmentent avec l'avancée en âge.
  • Il y a plus de chutes en foyers logement, maisons de retraite (1.7 chutes par an et par résident).

La chute un facteur majeur de risque d'entrée en maison de retraite.

30 à 40 % des personnes âgées hospitalisées pour chute entrent en maison de retraite dans les 6 mois suivant la chute.

Les causes des chutes de la personne âgée :

Pour connaître les causes des chutes, il est nécessaire de questionner la personne âgée qui est tombée. 

Les critères de causes des chutes à noter sont :

  • L'heure de la chute
  • Le lieu de la chute
  • La tenue vestimentaire au moment de la chute
  • L'état de l'environnement : meubles au sol, tapis etc
  • L'état de la personne âgée : urine sur le sol, désorientation, douleur, trouble de la parole...
  • Les circonstances de la découverte : la personne âgée est au sol depuis combien de temps ?
  • Près d'une personne âgée sur 2 chute à son domicile.

Les facteurs liés à l'environnement de la personne âgée

Le domicile de la personne âgée est familier pourtant il peut devenir hostile de façon inattendue et provoquer une chute par trébuchement.

On peut ainsi avoir :

  • Des planchers inégaux
  • Des seuils au changement de pièce
  • Des objets au sol : tapis, chaussures non rangées, fil électrique, chat...
  • Un sol glissant : sol humide, trop ciré
  • Un lit, un fauteuil ou un wc de hauteur non adaptée
  • Un mauvais éclairage (escaliers descendant à une cave).

Lorsque l'on modifie l'environnement de la personne âgée, le risque de chute augmente. Par exemple, la première semaine d'hospitalisation, les chutes sont plus fréquentes.

Les facteurs liés à l'habillement :

  • Les chaussures des personnes âgées sont parfois redoutables.
  • Une babouche mal enfilée : c'est comme un obstacle ou un patin
  • Les moments de l'habillage et du deshabillage constituent des phases de risque de chute.
  • L'aide d'un tiers ou la position assise limiteront les risques de chute lors du retrait du pantalon, des culottes, chaussettes et bas.

Les facteurs hors du domicile :

A l'extérieur, les facteurs de risque de chute sont également présents :

  • La pluie, le verglas, le vent
  • Les travaux, les véhicules dangereux, la bousculade.
  • La canne est souvent peu utilisée : c'est pour les vieux !

Les facteurs liés à la maladie de la personne âgée

Les maladies peuvent favoriser les chutes de la personne âgée comme :

  • Les maladies cardiovasculaires : baisse de tension
  • Les effets indésirables de médicament
  • La maladie de Parkinson
  • L'anémie
  • Les vertiges
  • Les pertes de repères (ou malades Alzheimer)
  • Les deshydratations...

Les conséquences des chutes de la personne âgée

Les conséquences immédiates :

  • Les douleurs
  • L'inconfort
  • Les contusions
  • Les hématomes
  • Les brulures parfois
  • Les fractures.

Les fractures suite à une chute représentent 6 à 8 % des cas.

Les fractures les plus courantes :

  • Le col du fémur
  • Le poignet
  • Les côtes
  • Les vertèbres.

Les conséquences à moyen terme :

Si la personne âgée est restée plusieurs heures par terre, peuvent se rajouter :

  • La déshydratation
  • Une hypothermie
  • Une infection pulmonaire...

La moitié des personnes âgées qui restent plus d'une heure par terre décèdent dans les 6 mois.

Si la personne âgée présente une traumatisme cranien, il peut apparaitre un hématome au niveau de cerveau.

Les conséquences à long terme :

  • La personne âgée peut faire un syndrome post chute : elle se sent incapable de marcher
  • La peur de la chute : la personne âgée perd confiance en elle et en ses capacités. L'entourage peut aussi sur vouloir la surprotéger et lui interdire toute initiative.

La chute est une urgence gériatrique :

La prise en charge doit être précoce, active, efficace pour repérere les causes et les conséquences de la chute. La prise en charge doit permettre de restituer le niveau d'autonomie de la personne âgée comme elle était avant la chute.

La prévention des chutes

Il est possible d'intervenir :

  • Avant la chute : pour éviter qu'elle survienne ; il s'agit de diminuer le risque de chute qui augmente avec l'avancée en âge.
  • Après la chute : pour éviter d'autres chutes. Il s'agit de rompre le cercle vicieux "de la chute qui appelle la chute".

Pour prévenir avant la chute :

  • Il faut voir si l'environnement est un risque : qualité du sol, défaut d'éclairage. Il faut alors faire accepter les changements ou des aménagements au domicile de la personne âgée pour limiter les risques.
  • Au niveau médical : quels sont les facteurs de risque de la personne âgée ? Problèmes de poids, de vue, d'ouie, cardiaque...

Après la chute :

  • L'aménagement de l'environnement est nécessaire : tapis antidérapant dans la baignoire, barres d'appui, surélévateur dans les WC, téléassistance etc ...
  • Des examens médicaux doivent être effectués pour connaître les causes précises.

L'intervention d'un kinésithérapeute est nécessaire chez la personne âgée qui chute : lui apprendre à se relever du sol sans l'aide d'une autre personne et pour l'aider à la rééducation à la marche.

La chute peut être à l'origine d'une régression psycho-motrice : arrêt des automatisme de la marche et perte de l'équilibre. Une prise en charge rapide va permettre une récupération rapide de la personne âgée.

Si la prise en charge est trop tardive, la personne âgée s'expose à un état grabataire définitif.

Le maintien à domicile s'avère alors de plus en plus difficile et l'entrée en maison de retraite s'impose alors parfois.

Vous aimez cet article ? Partagez le avec vos amis !

Choisir une maison de retraite

Dans la même rubrique

Qu'est-ce qu'un EHPAD ?

EHPAD : Qu'est-ce que c'est ?

Les ehpad représentent aujourd'hui la majorité des hébergements d'accueil pour les personnes âgées soit généralement les maisons de retraite.

La maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer

Pour bien connaître la maladie d'Alzheimer pour mieux gérer le quotidien à domicile ou en maison de retraite

 

Tarifs en EHPAD ou maison de retraite

Les tarifs d'une EHPAD

Les tarifs d'une maison de retraite – ou établissement Ehpad – sont constitués de trois éléments : le forfait soins, le tarif dépendance, et le tarif hébergement.

Pourquoi faire un mandat de protection future ?

Le mandat de protection future

Le mandat de protection future permet de désigner à l'avance une personne qui prendra pour la personne âgée les décisions importantes en cas de perte d'autonomie.