Offre spéciale

Téléchargez gratuitement notre livret conseil !

Complétez le formulaire et obtenez gratuitement le livret conseil pour connaître les structures existantes et les aides ! 

Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Indiquez votre nom
Indiquer votre prénom
Indiquer votre adresse email (utilisateur@domaine.com)

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Nous vous remercions d'avoir complété notre formulaire.,
Vous pouvez télécharger gratuitement le livret conseil Ascelliance Retraite sur la recherche de résidence de retraite depuis un message envoyé à l'adresse email indiqué. Bonne lecture !

TROUVEZ VOTRE MAISON DE RETRAITE, EHPAD, RESIDENCE SENIOR SERVICE GRATUIT au 04 72 69 89 09

Trouvez une place en résidence séniors ou en maison de retraite

Je complète les champs suivants pour une réponse immédiate

J'indique mon nom
J'indique mon prénom
J'indique mon numéro de téléphone

Votre de demande de renseignement a bien été prise en compte,
notre équipe y répondra dans les plus bref délais.

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

EHPAD : Une réforme proposée par la ministre de la santé

Plan de reforme en EHPAD

Plan de reforme en EHPAD

Le gouvernement a annoncé des pistes pour mieux prendre en charge la dépendance en EHPAD

Prise en charge de la dépendance en EHPAD : De nouvelles mesures

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le mercredi 30 mai à 16 heures, les mesures destinées à améliorer la prise en charge dans les EHPAD.

La "feuille de route" est née du constat que le pays n'a pas encore su trouver "un vrai modèle de prise en charge de la perte d'autonomie".

Pour ce faire, les conditions d'engagement de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA)  seront simplifiées afin d'aider les départements à mettre en place une offre adaptée à leur territoire. 

Un personnel en difficulté

Entre janvier et mars, le personnel des EHPAD s’était lancé dans deux mouvements de grèves. Les salariés déploraient notamment le manque de moyens et d’aides-soignants par rapport au nombre croissant de résidents.

Ils se décrivaient comme « usés » et « à bout » en réclamant davantage de moyens financiers et humains afin de s’occuper « dignement » de nos aînés. Ces mouvements dénonçant une "maltraitance institutionnelle" ont été approuvés par les familles et soutenus par l’opinion publique.

En France, près de 700 000 personnes vivent dans l'un des 7 200 EHPAD existants. On trouve une très grande disparité entre les établissements en ce qui concerne le confort, le personnel, le suivi médical et les prix.

Mais actuellement, quel que soit le type d'EHPAD, le taux d'encadrement est basmoins de 60 personnels pour 100 résidents.

L’objectif de la réforme est d’opérer un rééquilibrage du ratio soignants-gestionnairesEn résumé : moins et mieux d'administration avec davantage de personnels auprès des patients.

Le plan de prise en charge de la dépendance

Agnès Buzyn a assuré qu’il y aurait des "mesures immédiates" pour "aider les EHPAD en difficulté avec une certitude qu’il n’y aurait pas de perdants sur les changements de tarification".

Parmi la quinzaine de mesures annoncées dans le "plan grand âge et autonomie", les principales sont :

  • Généralisation d'une astreinte infirmière mutualisée la nuit dans chaque EHPAD pour désengorger les urgences d'ici 2020.
  • Mutualisation des moyens pour améliorer la qualité des soins et de l'accompagnement.
  • Création de 1 000 places en accueil temporaire ou de jour en EHPAD facturées au prix de l'hôpital pour raccourcir les séjours et préparer le retour à domicile.
  • Développement de l'hospitalisation et de l'aide à domicile des personnes fragiles.
  • Développement d'habitats alternatifs (intergénérationnels et inclusifs) accessibles financièrement et géographiquement. Ils seront inscrits dans la loi logement afin d'être financés et développés. 
  • Investissement de 430 millions d’euros sur 3 ans pour créer 20 000 postes.
  • Plan d'investissement de 100 millions d'euros par an à partir de 2019 pour moderniser et rénover les infrastructures ainsi que le matériel. 
  • Prescription d’actes à distance par visioconférence via le développement de la télémédecine pour réduire les hospitalisations et les déplacements. 
  • Plan d'actions de prévention pour améliorer la qualité de vie au travail des personnels
  • Révision d'un budget pour favoriser le recrutement en EHPAD.
  • Plan global d'aide aux aidants pour les informer et les aider à aménager leur vie professionnelle.
  • Révision de la grille "Pathos" pour évaluer les besoins en soin des résidents. 

Face à l’urgence de la situation en mars, la ministre avait annoncé réserver un budget de 50 millions d’euros pour les EHPAD. Elle a annoncé hier investir 430 millions d’euros supplémentaires sur les 3 ans à venir. L’objectif est d’employer près de 20 000 salariés en équivalent temps plein.

Afin de combler le manque de personnel, des infirmiers de nuit devraient être déployés dans les 7 200 EHPAD de France. Il s'agira d'astreintes infirmières mutualisées entre plusieurs établissements géographiquement proches.

Cela signifie que ces personnels seront mobiles et se déplaceront dans les établissements selon leurs gardes afin de gérer les urgences médicales que les aides-soignants ne sont pas habilités à prendre en charge.

Ce sera le moyen de gérer les problèmes nocturnes de résidents sans avoir à se déplacer aux urgences. De plus, renforcer les effectifs permettra de soulager le personnel en maison de retraite tout en garantissant un meilleur accueil des résidents.

"On va mettre beaucoup de moyens sur les infirmières de nuit et pour des soignants, nous dégagerons des moyens", a indiqué la ministre. "Et nous allons travailler sur la formation des professionnels autour des personnes âgées (…), sur les carrières des personnels".

Le développement de la Silver Economy

Pour terminer, Agnès Buzyn veut lancer des travaux de réflexion quant au « grand âge ». Aujourd’hui, plus de deux millions de Français ont plus de 85 ans et ce chiffre s’élèvera à 5 millions et demi d’ici 2050 avec le vieillissement des baby-boomers.

Il parait donc urgent de mettre en œuvre des dispositifs d’envergure adaptés à l’évolution de la population âgée. L’enjeu principal : trouver aujourd’hui les moyens de financer la perte d’autonomie de demain.

Parmi les lignes d’actions on retrouvera éventuellement :

  • Une réforme de la sécurité sociale
  • La mise en place d’une seconde journée de solidarité
  • Le développement des soins à domicile et la médicalisation des structures
  • La création d’une société plus inclusive
  • L'instauration d'un cinquième risque de la Sécurité sociale

D’autres réformes sont encore attendues sur une période d’un an de la part du ministère de la santé, en particulier concernant un plan hôpital, une meilleure reconnaissance du personnel soignant et le reste à charge des soins pour les personnes âgées.

Les problèmes de recrutement en EHPAD

La rotation du personnel en EHPAD est fréquente puisque 15% du personnel a moins d’un an d’ancienneté. En effet, 44% des établissements déclarent avoir des difficultés pour recruter.

Parmi ces derniers, près de 63% ont des postes non pourvus depuis 6 mois, notamment les EHPAD du secteur privé ou ceux implantés dans des communes isolées.

De fait, un établissement sur deux emploie du personnel en intérim, particulièrement dans les structures privées.

En outre, sur 10 établissements recourant à l’intérim, huit utilisent ce type de contrat pour recruter des aides-soignants et 73% pour des infirmières. 

D’ailleurs, les difficultés de recrutement concernent surtout les aides-soignants (un Ehpad sur onze) et les médecins coordonnateurs (un Ehpad sur dix), tandis que le recrutement d’infirmiers pose moins de problèmes. 

Une réforme controversée

Ces mesures ont été saluées par les personnels mais restent, selon eux, toujours insuffisantes et manquent cruellement de chiffrage. Certains s’interrogent sur la réelle mise en place du projet et surtout sur sa pérennité puisque la création des 20 000 postes n’est mandatée que pour 3 ans: l'encadrement restera donc insuffisant. 

"Le rôle de l'infirmière la nuit n'a pas d'ampleur », indique Virginie Lepelletier, directrice d'un établissement privé à Saint-Lô. « Il faudrait plutôt renforcer la présence d'auxiliaires médicaux comme les ergothérapeutes ou psychologues pour compléter le travail des soignants. Une infirmière de nuit peut certes faire plus qu'une aide-soignante, mais elle reste bloquée sans l'aval du médecin pour certains protocoles de soins".

En effet, les diagnostics et les gestes médicaux ne pourront pas être procurés par les infirmières par manque d’équipement médical. Ces dernières feront donc appel au SAMU tout comme les aides-soignantes actuellement, puisqu’un EHPAD est un lieu de vie avant d’être un lieu de soin.

Selon certaines directions d’EHPAD, pour éviter les déambulations et donc les chutes la nuit, il faudrait surtout recruter plus de personnel pour apaiser le coucher, aider les résidents ayant chuté et les raccompagner vers leur lit. Cette prévention de la chute serait plus utile que l’acte soignant après l’accident.

D’autres encore considèrent que le partage de personnel infirmier avec d’autres structures n’est pas pertinent.

Par ailleurs, même si les orientations correspondent aux attentes et aux nécessités, les moyens déployés ne sont pas à la hauteur et beaucoup de mesures vont se heurter à des obstacles. 

Enfin, les personnels constatent l'absence de volet concernant un meilleur accompagnement social des résidents.

Rappelons que, contrairement à d’autres pays, la France a fait le choix de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Les EHPAD ont ainsi « récupéré » les patients les plus dépendants.

Pour conclure : la prise de conscience semble réelle, mais le projet semble inachevé... 

Afin de vous aider à trouver un établissement qui vous convient, contactez nos spécialistes au 04 72 69 89 09 

Vous pouvez également vous rendre sur notre blog pour plus d'articles !

Vous aimez cet article ? Partagez le avec vos amis !

Choisir une maison de retraite

Dans la même rubrique

Un PASA, qu'est-ce que c'est ?

Un PASA, qu'est-ce que c'est ?

Les Pôles d'Activités et de Soins Adaptés (PASA) accueillent dans la journée les résidents d'un EHPAD avec des troubles modérés de type Alzheimer.

Qu'est-ce qu'un EHPAD ?

EHPAD : Qu'est-ce que c'est?

Les ehpad représentent aujourd'hui la majorité des hébergements d'accueil pour les personnes âgées soit généralement les maisons de retraite.

La maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer

Pour bien connaître la maladie d'Alzheimer pour mieux gérer le quotidien à domicile ou en maison de retraite

 

Tarifs en EHPAD ou maison de retraite

Les tarifs d'un EHPAD

Les tarifs d'une maison de retraite – ou établissement Ehpad – sont constitués de trois éléments : le forfait soins, le tarif dépendance, et le tarif hébergement.

Pourquoi faire un mandat de protection future ?

Le mandat de protection future

Le mandat de protection future permet de désigner à l'avance une personne qui prendra pour la personne âgée les décisions importantes en cas de perte d'autonomie.